reconnaissance

Pratiquer la reconnaissance au travail

Si le rôle du management est de mener ses équipes et de les motiver pour qu’elles réalisent les actions que l’on attend d’elles, la reconnaissance au travail est sans conteste un facteur motivant dont les effets positifs se perçoivent au quotidien.

Donner du sens aux actions de ses collaborateurs

Le rôle du manager est de donner du sens au travail des collaborateurs, c’est la base même de la reconnaissance au travail. Chacun doit être conscient de l’utilité de sa tâche et du fait d’appartenir à une équipe. Chaque collaborateur doit sentir qu’il a pleinement sa place au sein de l’entreprise. Mais ce n’est pas tout. Certainement grandes entreprises ont fait le choix d’impliquer leurs collaborateurs dans des actions humanitaires. Ils se sentent ainsi toujours plus utiles et motivés. Le manager doit permettre à ses équipes de venir au travail non seulement parce que c’est une obligation, mais aussi et surtout parce qu’ils contribuent à la réussite d’un projet, quel qu’il soit.

Créer un sentiment d’appartenance

Combien de salariés travaillent aujourd’hui pour une entreprise qu’ils n’apprécient pas ? Comment être motivé lorsque l’on se déplace chaque jour uniquement pour obtenir son salaire en fin de mois. ? La reconnaissance au travail passe naturellement par le sentiment d’appartenance (cf cette étude ifop sur le bien être des salarié). L’entreprise doit avoir un esprit auquel adhèrent les collaborateurs. Le manager doit pouvoir faire comprendre à ses équipes qu’elles ont toute le même objectif et qu’elles doivent travailler main dans la main pour pérenniser une entreprise en laquelle elles croient. Il doit développer des valeurs positives qui suscitent l’engagement. Pour créer ce sentiment, il est indispensable d’échanger, d’écouter les avis et les requêtes, de faire confiance et de créer une réelle union entre les collaborateurs.

Fidéliser les collaborateurs à leur poste

Cela passe par diverses techniques. Pour éviter le turn-over, il est essentiel que chaque collaborateur se sente bien dans son entreprise et qu’il ait le sentiment que son poste est indispensable. Le rôle du manager, ici, est de valoriser ses équipes mais aussi et surtout de leur donner les moyens d’agir en leur fournissant tous les outils pour travailler. Il doit les stimuler en leur faisant confiance et en encourageant leur créativité. Pour fidéliser un collaborateur à son poste, il est nécessaire de le valoriser et de lui laisser un espace de liberté pour s’épanouir.

Porter de l’attention à chacun

On ne le dira jamais assez, la reconnaissance au travail est essentielle pour donner à chacun envie de réaliser un travail de qualité. Chaque membre d’une équipe a pleinement sa place, il doit être reconnu pour ce qu’il fait, il doit être remercié quand son travail est bien réalisé, mais il doit aussi et surtout être considéré. Le rôle du management est de communiquer avec chaque membre de son équipe, d’échanger, de connaître ses collaborateurs afin que chacun puisse se reconnaître en tant que personne et non uniquement en tant que simple maillon d’une chaîne (à lire, cet article de Lanrent Tylski publié sur Envie d’entreprendre).

Savoir recadrer sans créer de blocage

Bien sûr, nous ne vivons pas dans un monde parfait. Chaque collaborateur ne peut se targuer de ne jamais commettre d’erreur. La reconnaissance au travail passe aussi par des recadrages. Mais ceux-ci doivent être réalisés avec beaucoup de psychologie. Reprendre un membre de son équipe doit se faire de manière subtile. Il convient de mettre le doigt sur ce qui ne va pas tout en mettant l’accent sur les aspects positifs. Le manager doit conserver un esprit optimiste et de pas prendre le risque de bloquer l’un de ses collaborateurs. Pointer du doigt systématiquement l’un d’entre eux pourrait être préjudiciable pour toute l’équipe et créer une ambiance négative qui impacterait négativement la productivité. Et dans une logique d’échange, le manager se doit de comprendre la source du problème afin de permettre à chacun d’accomplir son travail correctement.

Une réflexion au sujet de « Pratiquer la reconnaissance au travail »

  1. Demarrer par des signes de reconnaissance a faibles impacts, etre attentif aux reponses des personnes concernees, veiller a etre equitable vis-a-vis de tous, apprendre de ses erreurs, continuer en ajustant ses comportements, tels sont les basiques de l’apprentissage qui petit a petit s’integrera naturellement dans les pratiques professionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *